L’histoire du château aux 9 étages

L’histoire du château aux 9 étages

Un roi avait décidé de créer un beau château qui lui servirait comme
demeure pour le reste de sa vie. Il voulait lui donner une hauteur
exceptionnelle : on lui proposa un plan basé sur un bâtiment à 9 étages
qu’il accepta.

Chaque étage était confié à des entreprises différentes qui allaient se succéder.
C’était un très grand chantier et le roi était pressé de voir son château fini.
Une fois les fondations en place, la construction démarra donc très vite ;
Le premier étage fut construit, mais l’entreprise oublia une pièce en laissant un trou.
Le roi ne vérifia pas bien et le deuxième étage fut mis en place par
l’entreprise suivante qui, là aussi, oublia une pièce en laissant un trou.

Le troisième étage fut mis en place mais, bizarrement, des fissures
commencèrent à apparaître dans certaines pièces. Elles furent colmatées
et l’entreprise passa à la suite. Pressée, l’entreprise oublia aussi une pièce.
Le Roi, un peu négligeant, ne se contentait que de voir monter les
étages du château sans vraiment contrôler l’intérieur : il pensait,
en fait, que le château ferait l’objet d’un examen complet, une fois
que l’aménagement intérieur et les finitions seraient mises en place,
donc à la fin de la construction de l’édifice.
Le problème était qu’au fur et à mesure que les étages montaient,
les fissures se faisaient de plus en plus nombreuses et difficiles à colmater.

Heureusement l’entreprise qui était chargée du 6ième étage était très consciencieuse,
et, voyant les fissures, voulut en chercher les causes.

Bien que le roi la poussa à accélérer en colmatant rapidement,
elle réussit à le convaincre qu’il ne servait à rien d’aller plus vite
si tout l’édifice s’écroulait dans quelques étages.
Elle obtint donc l’autorisation de visiter les étages précédents
en présence du Roi.

Celui-ci fut sidéré de constater, qu’à chaque étage, il manquait une pièce,
et que ce trou fragilisait l’ensemble des étages supérieurs.
Il comprit que la première chose à faire était de mettre en place
ces pièces manquantes, et de réparer celles endommagées.
Ensuite il décida de contrôler au fur et à mesure de la réalisation
la mise en place de chaque pièce et choisit l’entreprise
qui était chargée du 6ième étage comme conseil pour le reste
de la construction.

Il réalisa que, finalement, ce contrôle/réparation effectué au fur et à mesure,
était plutôt rapide ; certaines pièces étaient parfaitement en place du premier coup :
il n’y avait donc pas de temps à passer ; d’autres pièces n’étaient pas tout à fait en place,
mais comme les travaux étaient encore frais, il était facile d’y remédier.

Il finit par trouver ceci assez plaisant, avec la satisfaction de voir
son château se construire de manière solide et belle.

Lorsque le château et ses 9 étages furent terminés, il put choisir facilement
l’aménagement intérieur en fonction de l’utilisation qu’il voulait faire du château.
Sa construction solide lui permettait de s’adapter à de nombreux scénarios.
……..

Il en va de même pour votre enfant sur sa formation et notamment son
parcours scolaire CP -> 3ième (9 classes). Ne laissez pas des lacunes s’immiscer
dans les « étages ». Traitez les au fur et à mesure.
Les programmes scolaires sont lourds, et parfois certaines notions
ne sont pas traitées durant l’année.
D’autres sont bien enseignées, mais mal comprises ou assimilées par votre enfant.
Et les enseignements de l’année suivante s’appuient, comme un nouvel étage,
sur les connaissances acquises de l’année précédente.
A l’issue de la 3ième les choix d’orientation seront importants
ou faibles selon la solidité de cet édifice. Faites que la formation/éducation* de
vos enfants ressemble à un beau château solide
 !

Même si l’on peut construire de très grands châteaux de sable et de très grands châteaux
de cartes (voir ci-dessous), ..

Cette oeuvre d’art de 11,3 m de haut se situe en Farmington, dans le Connecticut aux États-Unis, et a nécessité pas moins de 726 tonnes de sable et d’eau, 2000 heures de travail et 1000 assistants.Le château a été construit en 7 semaines, entre le 1er avril et le 20 mai 2011. Ed Jarrett travaillant jusqu’à 15 heures par jour pour voir son projet terminé dans les délais qu’il s’était lui-même fixé. Vidéo de la construction
Bryan Berg bat le record du monde du plus grand château de cartes avec sa réplique Venetian Macao (hôtel de luxe à Macao en Chine). Il a utilisé 218 792 cartes !
(2010)

… ils ne résisteront pas au temps comme les pyramides ou les murs des incas qui ont traversé des millénaires et des tremblements de terres grâce à leurs principes de constructions sur des blocs imposants et ajustés finement entre eux.

Pyramide de Kheops, seule des sept merveilles du monde
de l’Antiquité à avoir survécu jusqu’à nos jours

 Mur inca à Cuzco (Capitale de l’empire Inca, Pérou),
découvert suite au tremblement de terre de 1950

Pour aller loin, vos enfants ont besoin de construire leur formation sur des blocs solides. Cette belle fondation leur permettra de s’adapter à de nombreux scénarios de la vie.

Voici de quoi construire des blocs solides pour la fondation :

Des méthodes d’apprentissage de base
(Tables de multiplication, conjugaison, apprendre à apprendre, lire l’heure) :

Voici de quoi s’assurer qu’il n’y a pas de trou tout au long de la construction
et qui permet aussi de revenir en arrière pour reconsolider l’édifice :

l’école de Bernadette en ligne Maths, Français, Anglais,

(idéale aussi pour les enfants du primaire et collège en difficulté
ou qui ont du mal à intégrer directement les leçons de la journée).

Bien à Vous,

Bernadette et Eric Dullin
HAPPYPARENTS

5 Responses to L’histoire du château aux 9 étages

  1. Bonjour Bernadette, merci pour cette belle histoire, tellement réaliste !
    Nos enfants dys, avec plein d ‘étiquettes ont besoin de bienveillance et d’encouragements. Grâce à vous, nous avons franchi le pas de changer notre fils de collège. Il devait redoubler chaque année avec encore plus d’étiquettes ! il n’a pas redoublé suite à de longues et épuisantes batailles et aujourd’hui en classe de 4ème dans un nouvel établissement, il a eu des encouragements aux trois conseils de classe et passe en 3ème…Alors courage à tous, gardons le cap, et restons plein d ‘espoir…MERCI BERNADETTE !

  2. Effectivement l’histoire est belle et tout à fait compréhensible. Mais n’est-il pas trop tard lorsque l’élève arrive en 3ème ?? cad au 9ème étage du château . Pourtant j’ai essayé d’apporter toute l’aide possible à ma fille, en l’inscrivant dans des écoles privées, en lui faisant faire pendant les vacances des révisions dans des établissements spécialisés, comme « complétude », en lui faisant donner des cours particuliers. Mais hélas je n’ai pas réussi à lui faire donner un bon niveau et elle a plusieurs lacunes. Par ailleurs, elle ne semble pas vraiment motivée par la réussite à l’école : elle est sportive et aime jouer. Alors quoi faire de plus ??? Merci de vos commentaires.

    • Je pars du principe que, dans la vie, il y a toujours de l’espoir, qu’il ne faut jamais baisser les bras et remettre du cœur à l’ouvrage.

      Votre fille s’est sans doute désespérée car, pour l’instant, personne n’a rien pu changer à sa situation.

      J’ai eu le cas cet été d’une jeune fille qui prenait de la ritaline, qui se croyait dys, avec des troubles de la concentration… et j’en passe. Elle aussi avait fait différentes tentatives et elle n’avait pas envie d’une de plus… On a posé toutes les étiquettes qu’elle avait et on a travaillé avec tout son potentiel.
      Je suis dys moi-même et toutes les méthodes pédagogiques, je les écris à l’encre de ma dys…

      Voici son témoignage et celui de sa maman en fin d’été :
      * : Bernadette, Merci pour tout! je vous assure que c’est bien la première fois que les progrès sont si évidents et pour une fois , Nous savons que tous ces sacrifices ne sont pas vains!
      Nous vous embrassons bien fort
      * Merci Bernadette ! Merci, merci, merci ! Tu m’as sauvée ! Maintenant je vais enfin pouvoir profiter d’une certaine autonomie bien méritée.

      Je serais tentée de vous dire de la confier à une de nos formatrices Happyparents qui, elles, sont toutes formées à nos méthodes, qui font une différence dans la vie de ces jeunes dys, dans leur vie scolaire et personnelle !

      Ecrivez-moi ou téléphonez-moi si vous êtes intéressée : http://www.happyparents.com/contact

      Bien à vous,

  3. bonjour, j’ai aimé cette histoire de château qui est très réaliste sur les acquis de nos enfants , ils ont tous un rythme d’apprentissage différent des uns aux autres.c’est compliqué d’avoir aussi 2 enfants à la maison avec des capacités de compréhension,de concentration et de rapidité différentes.Ne pas les comparer et essayer de leur apporter toute l’aide possible sans oublier de personne et essayer de leur donner autant de temps et d’attention !! c’est parfois très dur entre les horaires de boulot et l’intendance de la maison !! mais je suis sure que grâce à votre expérience et vos outils nous pouvons améliorer notre quotidien et l’avenir de nos enfants .
    J’ai tant de choses à exprimer …. Merci

    • Merci d’être cette merveilleuse maman qui fait de son mieux, c’est touchant. Ce que vous écrivez est très juste.

      Heureuse continuation et beaucoup de Bonheur à votre famille

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *