HAPPYPARENTS cité dans le journal « la Croix » comme programme e-Learning intéressant dans le cadre de l’article « Etre parents, ça s’apprend ? », avec interview d’une maman

Le journal La Croix du 15 Avril 2015 a réalisé tout un article sur le thème « Etre parents, ça s’apprend? ».  Au départ toute une partie est consacrée à essayer de comprendre pourquoi les parents aujourd’hui, plus que par le passé, sont motivés pour  être accompagnés dans le développement de leur parentalité. Nous la reproduisons ci-après :

« Ils ne sont pas paumés, mais doutent davantage. Ils cherchent à comprendre plus
qu’à éduquer. Cette forme d’anxiété est une grande qualité psychique », estime le très
médiatique Marcel Rufo.

« Avec la baisse du nombre d’enfants, le bébé est devenu
plus précieux. Les parents sont plus responsables, plus conscients, d’autant qu’ils le
deviennent généralement plus tard dans leur vie », poursuit le pédopsychiatre, qui
proposerait même d’instaurer « des ”cours de parents” au collège et au lycée, où on
ferait réfléchir les élèves à ce qu’est un enfant, un parent ».

Les progrès de la science justifiera aussi une « mise à jour » de leurs connaissances.
« Depuis l’apparition de l’IRM fonctionnelle, on a beaucoup appris sur ce qui se passe dans la tête d’un enfant.
Avant, on estimait que ses crises étaient de sa faute, et que le rôle des parents était de
leur fixer des limites. On sait maintenant qu’il faut tenir compte de leurs émotions,
et cela n’est pas inné », note la psychothérapeute Isabelle Filliozat.

L’époque n’est-elle pas devenue plus difficile pour les parents d’aujourd’hui que
pour les générations précédentes ? Selon l’institut Ipsos, en 2011, 76 % des parents
l’estimaient. Impression que confirme Bernadette Macé, l’une des responsables de
l’École des parents de Metz (un des 40 sites en France). La moindre stabilité de vie des
familles (pertes d’emplois, précarités affectives), l’éloignement des grands-parents
ou, pour les immigrés, de leur société d’origine, rendent la vie des parents plus difficile.

La société d’hyperconsommation, et l’omniprésence des écrans ne leur facilitent pas
non plus la tâche. « Ils doivent sans arrêt gérer des frustrations, et maîtrisent moins
les informations qui parviennent aux enfants.
Ce sont des problèmes nouveaux », poursuit-elle. L’objectif de l’éducation aurait
aussi changé.

« Avant, on éduquait un enfant en lui apprenant à obéir et à se conformer
à des codes. Aujourd’hui, il faut plutôt lui apprendre à trouver sa propre identité,
à être capable à la fois de s’adapter aux autres et d’être autonome.
C’est plus ambitieux », poursuit-elle.

Dans le même article Interview également de Séverine DB pour son expérience 

«UNE BOÎTE À OUTILS»
Séverine, 39 ans, assistante dans une école, mère d’un garçon de 4 ans
«J’ai participé à un groupe de parents suivant la méthode “Écouter pour que les enfants parlent, parler pour que les enfants écoutent”, des Canadiennes Adele Faber et Elaine Mazlish. L’animatrice avait été formée par Sophie Benkemoun, de l’Atelier des parents. Cette approche m’a aidée dans mes relations avec mon fils.
J’ai aussi découvert le programme e-learning de Happy parents. Je reçois un mail par semaine, avec des diaporamas thématiques. Je vais y puiser quand j’en ai besoin, comme dans une boîte à outils. J’ai compris, par exemple, comment et pourquoi ne pas donner d’ordres contraires ou décrire ce qui pose problème. J’apprécie la formatrice, toujours très positive. Elle ne donne pas de recettes mais aide à faire un travail sur soi-même, en posant les bonnes questions.»

Pour l’ensemble de l’article voir :
http://www.la-croix.com/Famille/Parents-Enfants/Dossiers/Etre-parents-ca-s-apprend-2015-04-14-1302106
et
http://www.la-croix.com/Famille/Parents-Enfants/Dossiers/A-chaque-parent-sa-recette-2015-04-14-1302108

Vous pouvez en savoir plus sur notre accompagnement des parents en cliquant sur programme Parents-Conscients Parents-Coachs

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *